Deux réunions publiques de concertation ont été organisées, les 27 novembre et 11 décembre, dans le cadre de la procédure lancée en 2008 pour la mise en place d’un PLU

Réunions publiques Plan Local d’Urbanisme

 27 novembre et 11 décembre 2013

 

Deux réunions publiques de concertation ont été organisées dans le cadre de la procédure lancée en 2008 pour la mise en place d’un PLU. Sans affichage mais avec un courrier d’invitation adressé 10 jours auparavant aux Mirmandais et aux associations concernées, annonçant une première réunion consacrée à l’expression des avis, la seconde à la synthèse de ces avis et à la présentation du projet final.

Aussi, lors de la réunion du 27 novembre, nous fumes surpris de voir s’afficher un power-point titré « Quel avenir pour Mirmande ? de la carte communale au PLU ». Un instant, nous avons pu croire que la procédure était reprise à zéro et que l’expression des Mirmandais était attendue. Mais Monsieur Jean-Stéphane Devisse, du Cabinet médiation et Environnement, chargé de l’animation de ces réunions a expliqué que le projet serait bouclé pour décembre. Et effectivement, une version à jour du projet de PLU avait été mise en ligne sur le site de la mairie, sans être toutefois signalée dans le courrier d’invitation (les documents disponibles dans le local PLU-AVAP étant restés les anciens).

Mme le Maire présente mais muette n’a pas eu à expliquer ses choix, le cabinet d’études absent n’a pas eu à présenter le contenu des projets du PLU et de l’AVAP qui lui est articulée.

Les débats de cette soirée furent décalés car réfléchir à « l’avenir de Mirmande » aurait eu un sens au début de la procédure. Dès lors, tandis que les « pro-PLU-AVAP » faisaient le recensement des erreurs du passé, nous avons exprimé notre analyse et alerté sur les dangers portés par le projet. Bien que l’équipe municipale affirme vouloir protéger le site, aux détours des échanges on entendit dans la bouche des élus de la majorité des paroles inquiétantes, condamnant les pavés tordus des rues du village ou fustigeant les résidences secondaires.

Ainsi, cette réunion avait pour seuls objectifs de condamner la carte communale afin de justifier la mise en place d’un PLU et d’amalgamer les défenseurs du site de Mirmande à des rétrogrades responsables de toutes les erreurs du passé, partisans d’un soi-disant déclin de la commune.

Les Mirmandais qui étaient nombreux à attendre une présentation claire, exhaustive et argumentée du projet municipal, ont été déçus.

On apprit aussi que la mairie avait interrogé sur ses souhaits le propriétaire de la CAN mais pas les propriétaires du terrain sur lequel est projetée une ZA, les propriétaires des parcelles concernées par le lotissement St Etienne mais pas leurs voisins immédiats, pas plus que les voisins du projet Relut !

Au début de la seconde réunion, le 11décembre, Monsieur Devisse a rendu compte des quelques avis dont il avait été destinataire à la suite de la première réunion, avant d’introduire, avec l’aide des personnels de la CCVD chargés d’aider la mairie dans  la gestion de la procédure, la présentation de l’étude PLU réalisée par Monsieur Lointier.

La présentation du diagnostic a permis de revenir sur nombre de points évoqués le 27 novembre. L’accueil de 140 habitants supplémentaires en 10 ans est la justification de l’urbanisation proposée. Puis, les débats se sont particulièrement intéressés aux projets du lotissement St Etienne, du Relut, de la Bouligaire. Des précisions ont ainsi pu être apportées : le caractère obligatoirement mitoyen des maisons du lotissement St Etienne et du Relut, l’importance de la surface constructible sur la Bouligaire, le contrat de 50 ans par lequel la commune confierait à une société gestionnaire l’installation et la gestion de logements sociaux dans les bâtiments communaux.

Après avoir affirmé que le projet de construire un bâtiment sur le champ de foire leur était imposé par l’administration, Mme le Maire a finalement admis qu’il pourrait être retiré du projet de PLU/AVAP. Sous la pression de la salle, il fut également admis qu’il était souhaitable de limiter la surface construite sur la Bouligaire.

A la fin de la réunion, le président de Mirmande Patrimoines confirma le soutien de son association aux projets municipaux. La présidente des Amis de Mirmande expliqua pourquoi notre association se positionne résolument contre ces projets.

 

 

Conclusion :

L’équipe municipale n’a pas reçu de mandat pour mettre en place un tel changement pour Mirmande : elle a été élue largement par refus d’un projet de lotissement porté par l’équipe sortante, et le projet de PLU/AVAP n’était en rien dans son programme d’élection.

L’équipe municipale n’a pas associé les Mirmandais à ces procédures. Elle n’a pas mis en place le dispositif de concertation qui s’imposait d’autant qu’elle s’était engagée à développer des commissions extra municipales. Elle n’a pas respecté les Mirmandais en ne consultant pas –ou très tardivement- les personnes directement concernées par les projets. Elle n’a tenu aucun compte du désaveu exprimé par l’élection municipale partielle. Elle poursuit ses projets alors que les représentants des administrations dans la commission locale AVAP ont tous voté contre le projet d’AVAP.

Le projet énonce des enjeux ou des objectifs qui n’en sont pas. Les vraies questions n’ont jamais été posées : celle de la mobilité à l’intérieur de la commune et vers les communes voisines qui porte un enjeu important car il s’agit de permettre aux anciens de mieux vivre en restant à domicile et de faciliter à tous, jeunes ou moins jeunes, l’accès à d’autres activités ; celle du développement économique lié à la culture et au tourisme (qui concerne aussi une agriculture de proximité et de qualité) ; celle de l’équilibre entre logement locatif saisonnier et logement locatif permanent ; celle du maintien des commerces de proximité ; celle d’une coopération intercommunale afin de développer des équipements complémentaires et non redondants sur le territoire local…

Si une réelle concertation avait eu lieu autour d’un projet municipal, il aurait été possible aux Amis de Mirmande, comme à d’autres, d’exprimer des propositions de développement respectueuses de Mirmande et des Mirmandais.

Les projets de la municipalité conduisent à une transformation radicale de Mirmande. Aujourd’hui le site du village est préservé en lui-même et par des abords protégés sans constructions récentes. Si ce projet est mis en œuvre, demain, le village de Mirmande sera cerné par une urbanisation d’Est : St Etienne, à la Magnanerie, autour de l’école, sur le champ de foire, au Relut, en ouest : la Bouligaire, au Chareyron. Et la possibilité de bâtir dans les zones dites Ah « zones agricoles bâties » produira un véritable mitage.

On voit bien également que dès lors que des constructions seront réalisées aux abords du village et dans la vallée de la Teysonne, quelques années plus tard, on proposera d’en ajouter afin de répondre à de nouveaux besoins. L’urbanisation appelle l’urbanisation. Au total Mirmande ressemblera à tous ces villages de la vallée du Rhône qui n’ont pas su pas pu résister à l’urbanisation du 20ème siècle. C’est grave, très grave.

Pour exister dans l’avenir, pour avoir une place forte au sein de la vie locale et de la CCVD, notre commune ne doit pas se banaliser mais, bien au contraire, utiliser ses atouts, cultiver sa différence, renforcer ses spécificités.

Enfin, signalons que d’ici à l’an prochain, une loi va remettre en question les procédures actuelles de PLU et AVAP et donc, à supposer qu’il soit mené à son terme, le travail sera à recommencer complétement à la première révision de l’un ou l’autre.

 

 

Suite : Quelques jours après cette réunion, Michel Richard adressait un courrier au conseil municipal et aux 2 associations afin de donner son avis (regret d’une concertation tardive, favorable à de nouvelles constructions, réserve sur la ZA car « le cout d’un bâti respectueux du site sera dissuasif ».) et compléter les explications données en réunions quant à l’avenir de la CAN : délocalisation des activités industrielles, maintien à Mirmande du siège social,  avec son prestataire informatique ainsi que les services de formation et des études, aucune construction n’est aujourd’hui programmée ( « Interrogé par Madame Armand sur le développement futur de l’entreprise et de ses besoins immobiliers, j’ai suggéré que, si nous devions construire dans le futur, une aile refermant la cour serait une bonne solution pour limiter l’impact visuel à partir du village . »). On ne peut que suggérer à Monsieur Richard de réaliser enfin les plantations qui conditionnaient l’obtention de son permis de construire il y a quelques dizaines d’années...

Nous contacterMentions légalesPlan du siteAdministration
Les amis de Mirmande, association de la loi de 1901
Protection du Patrimoine, Acceuil des nouveaux MIRMANDAIS, Animations Culturelles.
Les amis de Mirmande - La Colline - 26270 MIRMANDE
Tél : 04 75 63 08 08 - Mail : contact@lesamisdemirmande.org

PLU - C.R des réunions publiques
Dimanche 22 décembre 2013